© chapleau.com
 
Canton de Chapleau


Adresse : 20, rue Pine
Ville : Chapleau
Province : Ontario
Code postal : P0M 1K0
Téléphone : 705.864.1330
Télécopieur : 705.864.1824
Site internet : www.chapleau.ca

Carte

La ville de Chapleau est bâtie sur les rives de la rivière Kebsquasheshing. Kebsquasheshing est un nom d'origine ojibwée. Il signifie «rivière pleine de mauvaises herbes». Une autre rivière coule au sud de la ville. C'est la rivière Nebskwashi. La ville de Chapleau se trouve à 47° 50' (47 degrés 50 minutes) de latitude Nord et 83° 24' (83 degrés 24 minutes) de longitude Ouest.

Chapleau est géré par un conseil municipal composé d'un maire et de quatre conseillers. Plusieurs services sont disponibles par la municipalité de Chapleau entre autres bibliothèque, centre de loisirs, pompiers, policiers, ambulance.

Les gens de Chapleau se dirigent de temps à autre vers les grands centres. Certain y vont pour des services de santé spécialisés. D'autres y vont pour magasiner ou pour se divertir.

Grands centres

Distance de Chapleau

Heures de route

Timmins

200 km à l'est

deux

Sault Sainte-Marie

354 km au sud-ouest

trois et demie

Sudbury

420 km au sud-est

plus de quatre

 

Profil de la communauté 2006
Chiffres de population et des logements

Chapleau,
Ontario

Province
de l'Ontario

Population en 2006

2354

12 160 282

Population en 2001

2832

11 410 046

Variation de la population entre 2001 et 2006 (%)

-16.9

6.6

Total des logements privés

1136

4 972 869

Logements privés occupés par des résidents habituels

943

4 554 251

Densité de la population au kilomètre carré

165.0

13.4

Superficie des terres (en kilomètres carrés)

14.27

907 573.82

 

Caractéristiques selon l'âge

Chapleau, Ontario

Province de l'Ontario

Total

Masc.

Fém.

Total

Masc.

Fém.

Population totale

2355

1185

1170

12 160 285

5 930 700

6 229 580

0 à 4 ans

125

70

55

670 770

343 475

327 290

5 à 9 ans

150

70

75

721 590

369 670

351 920

10 à 14 ans

180

90

95

818 445

420 705

397 740

15 à 20 ans

160

80

80

833 445

420 705

397 740

20 à 24 ans

135

75

60

797 255

400 445

396 815

25 à 29 ans

115

60

55

743 695

360 525

383 170

30 à 34 ans

150

75

75

791 955

382 030

409 925

35 à 39 ans

160

75

90

883 990

430 220

453 770

40 à 44 ans

215

120

95

1 032 415

507 130

525 280

45 à 49 ans

205

105

110

991 970

486 390

505 585

50 à 54 ans

190

95

95

869 400

423 345

446 060

55 à 59 ans

150

85

65

774 530

378 530

395 995

60 à 64 ans

110

55

55

581 985

283 545

298 440

65 à 69 ans

75

40

40

466 240

222 640

243 600

70 à 74 ans

85

40

45

401 950

187 510

214 445

75 à 79 ans

65

25

45

338 910

149 585

189 325

80 à 84 ans

50

25

25

250 270

97 240

153 035

85 ans et plus

30

15

25

191 810

60 555

131 260

Âge médian de la population

40.0

39.9

40.1

39.9

38.1

39.9

% de la population âgée de 15 ans et plus

80.5

80.3

80.5

81.8

80.9

82.7


Profil de la communauté 2001

Historique

Le canton de Chapleau

La naissance de Chapleau date de la mi-octobre 1883. C'est l'époque de la construction du chemin de fer Canadien Pacifique. Deux rangées de wagons-merchandises servent de demeures aux premiers habitants. Ces wagons côtoient l'endroit où se trouve la chute à charbon. La première rangée de wagons porte le nom de « Goslin Avenue ». La deuxième rangée de wagons reçoit le nom de rue « Tuyau de poêle ».

En 1885, une des premières femmes à hiverner à Chapleau suggère un nom français au nouveau village. Madame Léon Noël de Tilly propose avec succès le nom de Chapleau en l'honneur de Sir Adolphe Chapleau, alors secrétaire d'état du Canada.

Le 1er février 1901, Chapleau est incorporé : le Canton de Chapleau du district de Sudbury. Monsieur G. B. Nicholson en est le premier maire.

Les industries

Les coureurs de bois sont les premiers européens à se rendre dans la région de Chapleau. Ces chasseurs et trappeurs découvrent que la région est abondante en animaux à poils : une richesse en fourrures. On établit, en 1777, le premier commerce de fourrures dans la région de Chapleau. Entre les années 1700 et 1800, l'échange de fourrures s'avère fructueux.

Vers l'ans 1882, la construction du chemin de fer Canadien Pacifique atteint Chapleau. Le 30 juin 1886, le premier train passe à Chapleau. Le Canadien Pacifique continue de profiter. On construit un entrepôt et un atelier d'entretien et de réparation. Pendant bon nombre d'années, le chemin de fer est l'unique industrie locale.

Avec la venue de la Compagnie de Chemin de fer Canadian Pacifique, de nombreux bûcherons arrivent de partout. L'industrie forestière attire plusieurs familles. C'est la deuxième industrie principale à Chapleau. On fonde la première scierie, nommée Zotique, Mageau et Leblanc, en 1899. On coupe le bois en traverse pour le chemin de fer. L'achat de cette compagnie se fait en 1901 par la compagnie Austin & Nicholson Lumber.

Alexandre Langis est le premier homme qui s'établit définitivement à Chapleau. En 1885, il travaille pour le Canadien Pacifique. Il laisse le Canadien Pacifique en 1901 pour ouvrir un commerce. L'année suivante, il fonde la firme Langis-Jackman.

Les magasins font de bonnes affaires. On y trouve des meubles pour jeunes mariés aussi bien que des tombes. On y vend des bagues et des habits, des barils de lard salé, de tonneaux de mélasse, des sacs de farine et des sacs de fèves. On développe le commerce des fourrures par l'échange des armes à feu, des munitions, des traînes sauvages, des tentes, des boîtes de fer blanc, des canots, des plats, des lampes à l'huile. Dans la région, à l'époque, on ne voit pas d'oranges, de pamplemousses, de légumes frais, de pommes ou de crème glacée.

Les scieries que nous connaissons aujourd'hui ne s'installent qu'à la fin des années 40. On établit la scierie de A. L. Lafrenière & Sons en 1948 et 1949, puis J. E. Martel & Sons Limited et Chapleau Lumber Company en 1949 et 1950. Aujourd'hui, les emplacements des moulins à scie sont différents.

L'éducation

À Chapleau, on comprend vite l'importance de l'instruction. Dès le début, soit en 1888, Chapleau organise la première bibliothèque. La première « école » est une tente. Par la suite, l'école se trouve dans le vestiaire de l'église. En 1891, on bâtit une école qui comporte une salle. Le besoin d'une grande bâtisse se fait sentir. Alors en 1901, on bâtit une autre école. Celle-ci a quatre salles. Vers 1910, on construit une école catholique. On lui donne le nom : École Sacré-Cœur.

Avec l'augmentation de la population, l'école publique devient trop petite. En 1922, la ville décide donc de construire une nouvelle école. L'ancienne bâtisse à quatre salles devient l'école secondaire. Quelques années plus tard, on entreprend la construction d'un couvent. Au printemps 1928, on achève le bâtiment à quatre étages, avec une belle chapelle. On tient un pensionnat pour une vingtaine de filles jusqu'en 1960.

En 1962, on commence la construction d'une école catholique anglaise : Our Lady of Fatima. Elle ouvre ses portes en 1963. Ce n'est qu'en 1966 que l'on érige, sur la colline, la bâtisse de l'École Secondaire Chapleau High School. Vers 1974, on bâtit une nouvelle École Sacré-Cœur voisine de l'école Our Lady of Fatima. Une passerelle relie les deux écoles.

Le transport

Les routes que nous connaissons aujourd'hui liant Chapleau aux plus grands centres, font leur apparition à la fin des années 40. On ne termine la grande route 129, de Thessalon à Chapleau, qu'en 1948.

En juin 1962, une autre route, la 101 Est, de Timmins à Chapleau, est à la disposition des gens qui ont la bonne fortune de posséder une voiture. Par la suite, on poursuit la construction de la route 101 vers l'Ouest. En octobre 1966, on peut se rendre à Wawa sur cette route.

La vie religieuse

La vie religieuse joue un grand rôle dans le développement de Chapleau. Ce sont les Jésuites qui s'en occupent d'abord. En septembre 1891, le père Joseph Grenier fait construire la première église catholique. Le père Carré prend la relève suivi du père Édouard Proulx. Le 19 octobre 1911, les pères Jésuites laissent la paroisse au père Roméo Gascon. Quelques années plus tard, soit en 1918, l'église devient la proie aux flammes. On la remplace par une nouvelle église en brique en 1919.

Les sœurs oeuvrent longtemps à Chapleau. Elles enseignent, tiennent un pensionnat, donnent des cours de musique et d'art. De plus, elles aident à la paroisse en assumant la charge de la sacristie et des visites des malades. Pendant les années de la Crise et de la guerre, elles collaborent au travail de la Croix-Rouge et préparent des goûters pour les nombreux chômeurs descendant à la gare de la ville.